Nous privilégions {l’humain} à la finance dans la ville de {{Marcq en Baroeul}}

Retour à l'accueil
Actualité

Déclaration de Martine ROUSSEL VANHEE, liste « Ensemble et Solidaires pour Marcq » le 23 mars 2014

Tout d’abord, laissez-moi vous dire ma joie d’être élue, pas pour moi mais pour tous ceux qui m’ont fait confiance, bien sûr, et donc ma gratitude pour tous ceux et celles qui ont voté pour notre liste. Et ma gratitude va également à mes camarades et amis qui se sont dépensés sans compter pour cette victoire, qui est une victoire authentiquement de gauche. Inutile de préciser que j’entends tout d’abord continuer le combat commencé quant à moi depuis 2005, dans la foulée du travail accompli par Didier Roussel depuis 1983. Ce combat, vous le connaissez, c’est un travail de proximité, des interventions multiples, et toute une série de propositions pour faire avancer le mieux-être, l’égalité, le respect de tous et des valeurs républicaines. Permettez-moi de dire quelques mots sur le déroulement de la campagne qui vient de s’achever, campagne pendant laquelle nous avons, quant à nous, toujours respecté la démocratie et les autres listes. Je n’ai pas du tout apprécié les injures dont j’ai été victime par mail, à la limite du pénal, injures particulièrement basses et dignes des plus sombres époques de notre histoire. J’ai été assimilée à la petite-fille de Staline et Hitler réunis. Jusqu’à présent, je croyais être la petite-fille d’un certain Léon Collet, dont une rue porte le nom à Marcq en tant que résistant et directeur de la batterie-fanfare « La Renaissance », entre autres… ! Je n’ai pas apprécié non plus que la majorité municipale et la tête de liste du Front national, aient utilisé à des fins électoralistes la campagne contre les lois sociétales sans aucun respect pour le droit à la différence. C’est le contraire de l’engagement de notre liste pour « l’Humain d’Abord ». Pour terminer, faites-moi confiance pour rester le porte-parole de tous ceux qui n’ont pas la parole à Marcq. Je pense aux handicapés dont les besoins réels ne sont pas pris en compte dans la ville, que ce soit pour l’adaptation de leur logement, leur emploi, et même les places de stationnement indispensables devant leur domicile, et de même pour les personnes âgées ou en perte d’autonomie qui connaissent des difficultés quant aux modifications des lignes des transports en commun. Je pense aussi à tous ceux obligés de se loger dans le privé, faute de logements sociaux suffisants, dont les loyers sont exorbitants, et qui sont contraints, après expulsion, d’accepter n’importe quel logement même en dehors de la ville, au grand plaisir de certains malheureusement ! Je pense enfin aux chômeurs et aux jeunes à la recherche d’un premier emploi, comme d’un logement, de plus en plus nombreux. Quand on pense qu’à Marcq, une ville riche, en un an, de 2012 à 2013 les demandeurs du RSA ont augmenté de 10 %, que se passera t-il quand on examinera les chiffres en 2014 ? Je pense aux artisans et petits commerces qui, sous le poids des charges locatives et impôts, connaissent des difficultés. Je pense aux salariés aux revenus moyens qui se retrouvent à payer autant pour la restauration scolaire ou centres aérés et loisirs que les hauts revenus. Ajouter de l’austérité locale à l’austérité nationale aboutit à toujours plus d’austérité. Et cela nous ne le voulons pas. Et nous continuerons à le dire pour les élections européennes.

Les autres articles

Recevoir l'infolettre de la campagne :

RSS
Front de Gauche

La liste Ensemble et solidaires pour Marcq est un rassemblement citoyen pour une gauche combattive et écologiste dans notre région. Elle s'inscrit dans le cadre du Front de Gauche.
Elle est soutenue par les partis politiques suivants :